La Nouvelle-Calédonie

Il me tardait d’écrire un article sur la Nouvelle-Calédonie, où j’ai habité ces 7 mois, alors le voilà enfin ! En novembre dernier nous nous sommes envolés avec mon conjoint vers cet archipel du pacifique, la Nouvelle-Calédonie et plus précisément Nouméa. Maintenant que l’aventure est terminée, je vous rédige un (petit) article sur cette destination de rêve et vous partage mes découvertes. Je vous indiquerai quelques lieux que j’ai particulièrement aimés. Dans ce premier article je parlerai uniquement de Nouméa et les alentours, je compte en écrire d’autres sur les îles loyauté et l’île des Pins (un seul article ne suffirait pas).

Ceci est un article ‘pratico-pratique’ qui peut être à destination des expat souhaitant s’installer à Nouméa, des futurs touristes en partance pour la NC ou simplement des curieux…

Mon conjoint a un contrat en tant que radiologue au Médipôle de Dumbéa pendant que moi je travaille en freelance dans la communication pour mes clients de métropole.

LA CULTURE, LA VIE EN NOUVELLE CALEDONIE

La Nouvelle-Calédonie est constitué de dizaines d’îles du Pacifique sud, situé au nord de la Nouvelle-Zélande et à l’Est de l’Australie. C’est un « petit » territoire de 18 000 km2  (la grande terre s’étend sur 400 kms / 50 kms) qui dispose d’un des lagons les plus grands du monde. Nouméa est la capitale.
La Nouvelle-Calédonie est un territoire français, qui a son propre gouvernement (un Président) mais aussi un Sénat coutumier (défenseur de l’identité kanak).  

Pour vous donner un peu mon sentiment général sur la Nouvelle-Calédonie, je dirais que c’est une destination de rêve, où il y a beaucoup à découvrir lorsqu’on aime la nature et les activités nautiques.
Le cadre de vie est assez paradisiaque et le quotidien est plaisant, il fait beau, le lagon est clair et sublime, il y a des cocotiers en ville, des fruits excellents et la vie y est douce, calme. Du fait que l’île (grande terre, l’île principale) soit relativement peu peuplée (180 000 habitants) cela donne vraiment un sentiment de tranquillité.
Le rythme n’y est pas le même qu’en France (le rythme des îles me direz vous…), mon conjoint qui travaille à l’hôpital termine généralement ses journées à 15h, je m’arrange moi aussi pour finir tôt et les après-midi/soirées sont vraiment chouettes puisqu’on a le temps de profiter de la plage, se balader en bord de mer, courir, faire du vélo ou de la planche à voile… Je comprends vraiment pourquoi bon nombre de métropolitains viennent ici pour une courte durée (6 mois, 1 an, 2 ans) et restent finalement pour y vivre.
On s’y sent bien, c’est vrai qu’on parle un peu d’insécurité mais ce n’est rien comparé à certains quartiers de Paris ou Marseille j’imagine. Il fait bon vivre, la vie y est douce et cool. On note une forte influence australienne (les gros pick up, la planche à voile, le long board…). La langue parlée est le français. Sinon, on ne s’y ennuie jamais (ou si, lorsqu’il pleut !), il y a une grande variété et richesse d’activités extérieures.
Les îles loyautés sont proches, on peut s’y rendre pour 3 jours et les paysages y sont merveilleux, ce sont certainement les plus beaux que j’ai vu jusqu’ici (j’ai eu un coup de cœur pour Ouvéa, surnommée l’île la plus proche du paradis). En ce qui nous concerne nous avons fait beaucoup de rencontres par le biais du travail de mon conjoint, sinon il y a beaucoup de personnes ‘de passage’ qui viennent vivre 1 an, 3 ans … et il paraît qu’il est difficile de s’y faire de vrais amis.
J’allais oublier, la présence du soleil tous les jours fait tellement du bien au moral !

En Nouvelle-Calédonie, il y a une grande mixité de populations :  

  • Il y a les Kanaks, le peuple autochtone mélanésien, habitant principalement la province nord de la grande terre et les îles loyautés.
  • Les Caldoches, ce sont les personnes majoritairement d’origine européenne mais qui habitent en NC depuis plusieurs générations voire depuis la colonisation. Beaucoup vivent sur la côte ouest de la grande terre.
  • Les Zoreilles (nous, métropolitains), comprenant mal la langue des autochtones, les Français feraient constamment répéter et passeraient ainsi pour être «durs d’oreille». Les Zoreilles habitent majoritairement sur Nouméa.
  • Mais aussi, des Maoris, Aborigènes d’Australie, Viets, Tahitiens, indonésiens, Vanuatais…

Il y a donc une importante multiculturalité. Les habitants de ce petit territoire doivent apprendre à cohabiter et cela fait beaucoup d’étincelles.

Autrement, le tourisme est assez faible. Le territoire est plutôt méconnu je crois pour 2 raisons :

  • Les locaux souhaitent garder leurs terres « vierges », « saines », dépourvues de tourisme. Ils n’ont pas envie de faire de business (et donc pas de tourisme) mais préfèrent vivre simplement. Quand on y vient en touriste il y a donc peu de choix pour les hébergements et restaurants, mais vous ne trouverez pas non plus de locaux qui vendent des jus de fruits frais et non plus qui vous coupent des coco au bord de la route… Ca a des avantages et des inconvénients !
    Ainsi, les hôtels, les restaurants, les clubs sportifs, ou tout autre installations qui pourraient apporter du tourisme peinent beaucoup à s’implanter ici.
    N’ayez crainte, les locaux sont quand même sympathiques et vous y accueilleront chaleureusement.
  • Les prix sont élevés (j’en parle plus loin dans cet article), ce qui ne favorise pas non plus le tourisme. Les voyageurs feront le choix d’aller en Polynésie par exemple plutôt qu’en Nouvelle Calédonie car à destination et activités « équivalentes » le budget n’est pas du tout le même pour 3 semaines de vacances.

Les seuls touristes sont des métropolitains qui viennent rendre visite à leur famille qui habite ici, des japonais (car les vols Tokyo-Nouméa sont courants) et des australiens qui arrivent par centaines en ferry.

LE POINT SUR LES FINANCES

Ce n’est pas un mythe, la vie en Nouvelle-Calédonie est une destination très chère. Je ne comprends vraiment pas pourquoi, car même les produits locaux (genre les bananes qui poussent partout sur l’île sont vendues pas moins de 6€ le kg sur le marché). La vie y est chère de base, et elle est chère aussi parce que les activités sont variées et qu’on est beaucoup plus tentés de profiter de ce que l’île a à nous offrir : prendre un taxiboat pour aller sur les ilôts le week-end, faire de la plongée, traverser d’ouest en est pour aller randonner, manger au restaurant, boire une bière dans un bar au coucher du soleil, prendre des cours de planche à voile, kitesurf… Les tentations sont nombreuses. Certes, les salaires sont plus élevés qu’en métropole, mais nous vivons à un rythme effréné, nous faisons bien plus de choses au quotidien qu’on ne se le permet en métropole.

Hormis le côté paradisiaque de l’île, le petit point négatif que je note est qu’il y a peu de lieux pour faire du shopping, que soit de fringues mais aussi bien d’ameublement, décorations, Etc… le choix est assez restreint. Ici les habitants vont faire leur shopping en Australie puisque Sydney n’est qu’à 2 heures d’avion.

LES HEBERGEMENTS, LOUER OU ACHETER UNE VOITURE

Concernant les logements, en ce qui nous concerne nous avons pas mal bougé, d’une part car nous voulions des logements meublés, si possible pas trop chers et cela dépendait aussi de la disponibilité. Pour vous donner une idée de tarif, dans l’ensemble nous en avions pour 900€ par mois (110 000 CFP) ce qui n’est vraiment pas cher dans Nouméa pour un T3. Surtout que nous sommes toujours très bien tombés (logements très bien meublés et spacieux, avec même des accessoires de camping, grande terrasse, très belle vue…). Nous avons séjourné 15 jours au Médicentre à Dumbéa, le logement nous a été fourni par l’hôpital. Ensuite nous avons fait le choix d’habiter dans le centre de Nouméa et avons testé pas mal de quartiers : Nous avons loué un Airbnb 15 jours dans le quartier de la Vallée des colons, puis 2 mois à Trianon (nous avons fait du gardiennage de chats) et 4 mois à Sainte Marie (en collocation).
J’ai particulièrement aimé les quartiers de Trianon (car nous avions une superbe vue sur les baies depuis le Mont Venus) et Sainte Marie pour la proximité avec la promenade Ste Marie et la mer (malgré les moustiques). C’était pour nous essentiel d’habiter dans Nouméa pour profiter de la ville, la proximité avec les commerces, bars, restaurants, les plages… Et on ne regrette pas du tout ce choix. Nous avons vraiment apprécié. Avant d’arriver je m’étais inscrite sur le groupe facebook ‘Nouméa expat’, c’est pas le biais de ce groupe que j’ai trouvé tous les logements. Inscrivez-vous, ce groupe vous apporte une mine d’informations et de bons plans.

Sinon, nous avons acheté une voiture d’occasion pour être libres de circuler pendant ces 7 mois. Cela revient moins cher que de louer et nous n’avons pas eu de mal à la revendre. Ne vous faites pas surprendre, les voitures à l’achat/revente sont plus chères qu’en France. A plusieurs reprises nous avons quand même loué des véhicules (notamment lorsque nos parents ou des amis sont venus nous rendre visite). Je vous conseille le garage Kabar de Ducos qui loue des petits véhicules (en moyennement bon état, mais pour faire de la ville ou un peu de route cela convient bien), ils louent le véhicule 20€ la journée, autant dire pas grand chose.

LES COURSES ALIMENTAIRES

Concernant l’alimentation, on retrouve les même grandes surfaces qu’en France (cela nous a surpris d’ailleurs au début !) et on peut manger exactement comme en métropole, on y trouve de tout, mais… pas au même prix. Les produits importés sont relativement cher, mais les produits locaux aussi (fruits et légumes sont hors de prix !). Nous faisons nos courses au Géant casino pour tous les produits ménagers, les condiments, jus de fruits Etc.. et au marché de Nouméa ou à l’écopanier pour les fruits et légumes, confitures, poissons frais. Nous mangeons peu de viande, on favorise les crevettes et les poissons du lagon.

Quelques exemples de prix : Un ananas : 4€, 1 kg de bananes (locales) : 6€, un pot de confiture locale : 6€, 12 œufs : 5€, 1L de jus de fruit : 3€, 1L de rhum : 60€. C’est surprenant le poisson n’est pas si cher… et tant mieux 🙂

Il y a pas mal de nourriture qui provient d’Australie (viande, pommes…) et de Nouvelle-Zélande (viande, huitres, kiwi, pommes…).

LES ACTIVITES CULTURELLES ET SPORTIVES SUR NOUMEA

Les activités culturelles ne sont pas nombreuses, et c’est d’ailleurs ce qui pourrait manquer à la longue je pense. Parmi les visites que nous avons faite sur Nouméa, il y a :

  • Le Centre Culturel Tjibaou. Je le recommande vraiment ! Il y a à la fois des expositions permanentes et mais aussi des expo temporaires, de sublimes reportages photographiques sur les ethnies du pacifique, des explications sur la construction des cases traditionnelles kanaks…
  • Le musée maritime de Nouméa. Entre explorations, migrations, trafics maritimes en Nouvelle-Calédonie, les naufrages, épaves, ce musée est riche en histoire et en objets retrouvés.
  • Le musée de la ville. Petit musée à faire, j’ai beaucoup aimé la partie sur les années pop ! Il y a aussi toute une thématique sur la 1ère guerre mondiale.

Les activités sportives :

J’ai pris des cours de planche à voile avec Laurent (le camion jaune) il est tous les jours à l’Anse vata avec son camion et loue des planches à voile. J’ai pris 2 forfaits en tout sur 7 mois. Cela revient à 12€ l’heure il me semble, donc ce n’est pas très cher. Normalement ils louent uniquement des planches mais finalement ils donnent pas mal de conseils pour s’améliorer. C’était une belle découverte !

Concernant la plongée sous marine, nous avons fonctionné avec Kaumea (Thierry) qui est une association et qui propose des tarifs très avantageux. Vous pouvez le retrouver sur Facebook. Thierry est toujours accompagné de moniteurs bénévoles de l’asso pour nous emmener en mer et ce sont de vrais passionnés. Nous nous sommes toujours sentis en sécurité. Nous avons passé notre Niveau 1 (cela revenait à 200€ pour 5 plongées il me semble), le prix est imbattable pour Nouméa.
Nous avons aussi eu l’occasion de plonger avec d’autres clubs qui étaient très bien aussi (notamment ABYSS) mais nous gardons un meilleur souvenir de la convivialité de Thierry.

Il y a aussi la possibilité de prendre des cours de kite surf, cela revient bien plus cher (180 ou 200€ le cours il me semble). Un club nautique propose des cours de voiles (le CNC), à la piscine de Koutio des amis ont pris des cours d’apnée. Voilà pour ce qui est ‘local’, sinon il y a bien sûr des clubs de tennis, football, et autres sports plus ‘classiques’.

Les randonnées proches de Nouméa :

Nous ne les avons pas toute faites mais peut-être les plus connues et les plus belles ! Je vous recommande vraiment :

  • Le Mont Dore (par le sud impérativement, car elle permet de longer les crètes et voir le lagon tout du long)
  • Le pic Malaoui (par le nord, car trop abrupte par le sud)
  • Le Mont Mou (cette rando demande une bonne condition physique)
  • Le Parc de la Rivière Bleue (plusieurs chemins de randonnées et balades VTT, on peut se baigner dans la rivière)
  • Les marmites du diable à Dumbéa Rivière (accessible à tous. On peut se baigner à plusieurs endroits et surtout dans les marmites en haut)

LES LIEUX QUE NOUS AVONS FREQUENTES ET PARTICULIEREMENT AIMES AUX ABORDS DE NOUMEA

Pour vous donner une idée des tarifs, un demi de bière vaut 7,90€. Une pizza dans une brasserie coûte en moyenne 28€.

Le coin de bars

  • La barca : c’est un peu « the place to be », LE bar de la baie des citrons pour aller boire un cocktail frais en rentrant de la plage ou une bière en rentrant des ilôts. Je recommande pour les boissons, pas forcément pour les tapas.
  • La bodega : c’est le bar que je préfère sur Nouméa car on y a une superbe vue sur la mer, leurs pizzas et tapas sont très bonnes.
  • Le fronton : Bar basque avec une super ambiance, plutôt bruyant. Les boissons ne sont pas onéreuses et les pizzas sont excellentes !

Le coin des restaurants

  • Le Beach house restaurant : Sans hésiter mon préféré. Nous y sommes allés plusieurs fois et je n’ai jamais été déçue. On y mange très bien (poissons frais, agneau…) et c’est extrêmement bien cuisiné et raffiné.
  • Mamma mia : un italien à tomber par terre. Les pizzas et pâtes y sont vraiment trop bonnes. C’est frais et raffiné. Petit bémol : quand même très riche (gras) je trouve.
  • L’arlequin : très bon restau avec une petite carte. Je vous le recommande.
  • Le ponton : un restaurant sur un ponton au milieu de l’eau. On peut s’y baigner entre 2 plats. Le lieu est très chouette !

Les plages / ilôts proche Nouméa

Les plages de Nouméa sont sympa pour s’y poser quelques heures ou le soir en semaine (Baie des citrons, Anse vata, méridien/Ouen Toro) mais pas paradisiaques comme elles peuvent l’être sur les ilôts. Ainsi, les week-end nous allons très facilement à la journée sur les ilôts pour profiter de belles plages et beaux fonds marins. Il suffit de contacter une compagnie de taxi boat (le métro local) qui vous fera faire l’aller/retour pour 35€ en moyenne. Nous avions l’habitude de partir soit avec Coconut taxi boat ou encore Dal océan.

Attention bon nombres d’ilôts sont classés réserves naturelles autour de Nouméa, il y a donc des règles simples à respecter (pas de pêche notamment).

Aussi, attendez vous à voir des petits requins très régulièrement, ils sont partout ! Il ne faut pas en avoir peur mais rester vigilant.

  • Ilôt signal : à 35 minutes de Nouméa en taxi boat. C’est je crois mon préféré pour son snorkelling. A gauche du ponton depuis la plage, on y voit toujours plusieurs tortues, de sublimes poissons de lagons (perroquets, clown,…) mais aussi souvent des petits requins de récifs. On peut faire du camping sauvage sur cet ilôt.
  • Phare Amédée : Nous avons été agréablement surpris par cet ilôt et surtout par la vue depuis le phare (à ne pas manquer !). Le snorkelling n’est pas mal non plus.
  • Ilôt Larégnère : très bel ilôt, plutôt petit mais qui propose un beau snorkelling !
  • Ilôt Ténia : Nous y avons passé un week-end en camping sauvage, c’était top. Nous avons eu la chance d’avoir un ami qui nous a emmené en bâteau sur la barrière de corail et avons vu des dauphins en snorkelling. Il faut monter à Boulouparis en voiture puis prendre un taxiboat réservé à l’avance.
  • Ilôt Maitre : super spot pour voir des dizaines de tortues. Mais allez-y quand il n’y a pas de vent car c’est un coin prisé par les kitesurfer.
  • Ilôt canard : l’ilôt le plus proche de Nouméa, on s’y rend en 10 minutes même pas. Tout petit et vite bondé, mais le snorkelling est chouette.

Fin de l’article sur Nouméa et ses alentours, j’ai certainement oublié des rubriques, n’hésitez pas à me poser des questions en commentaire ou sur instagram, je me ferai un plaisir d’y répondre.

Aussi, adhérez au groupe ‘Nouméa expat’ sur Facebook, vous pouvez trouver pas mal d’informations pratiques avant votre venue.